[mailto:contact@tisserand-mzyk.org]
[./index.html]
[./association.html]
[./historique.html]
[./liens.html]
[./animees.html]
[./statiques.html]
[./musicales.html]
[./mobiles.html]
[./invention.html]
[./photos.html]
[./musiciens.html]
[./archives.html]
[./la_montagne.html]
[./provence.html]
[./television.html]
[./index.html]
[./historique.html]
[./contact.html]
[./statiques.html]
[./la_montagne.html]
[./liens.html]
[./index.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
TISSERAND-MZYK.ORG
Robert TISSERAND
Robert Tisserand est né à Neuilly-Plaisance le 11 septembre 1934, en région parisienne d’un père tourneur, qui s’est ensuite converti en masseur et d’une mère au foyer. Il commence à travailler à 15 ans dans un atelier mécanique. Parallèlement il développe ses aptitudes physiques avec sa fratrie dans un gymnase et participe à différentes manifestations de haut niveau.

Toujours prêt à faire un jeu de mots, il apprécie par-dessus tout l’aspect ludique et pédagogique des choses, cherchant surtout à toucher un public de jeunes et à le motiver.

Son amour de la nature le rend sensible aux questions écologiques comme en témoignent plusieurs œuvres.

Naissance en 1934
Service militaire en Afrique du Nord, mécanicien
Mécanicien jusqu’en 1973
A partir de 1975, il participe aussi à l’Atelier coopératif APM rue Watt à Paris (12ème). Il fonde l’APMF qui deviendra l’ACIM (Association Culturelle d’Initiation à la Mécanique) en 1981et enseigne la mécanique dans différentes structures dont le lycée Diderot, l’AFPA, et de multiples comités d’entreprises dont ceux de l’INRA et l’INFAC.

Il réalise sa première sculpture : le Déclic (le Singe-araignée) à partir de pièces mécaniques en 1975. La deuxième, la Statue de la Liberté en 1977 témoigne d’un engagement citoyen.
Avec la Marée noire de 1979 cet engagement prend une tournure clairement écologique et Robert Tisserand crée l’Oiseau Mazouté. Au contact des membres de l’ACIM dont beaucoup sont des artistes et des musiciens, il prend conscience des qualités sonores des pièces mécaniques et construit le Mzyk en 1989. Ce totem urbain devient le symbole de l’Association qui porte son nom et la pièce maîtresse d’une série de spectacles musicaux pour percussionnistes.

A cette date Robert Tisserand se tourne vers la sculpture comme son activité principale et produit environ une sculpture par an depuis.

Il participe à la Fête de la Musique et élargit l’éventail des instruments en créant des guitares dans l’esprit de ses sculptures métalliques. Il s’intéresse à la technique de frettage et défrettage, pour laquelle il dépose un brevet en 1995 (lien) et qui permet de disposer d’un manche lisse ou fretté. Il présente ses guitares et son brevet à la Cité de la Musique à La Villette en 1999.

Il s’installe à Domaize, en Auvergne, près de Saint-Dier avec sa femme Françoise et y crée la guitare de l’An 2000. (lien)

Il prend une part active à la vie culturelle locale et crée plusieurs sculptures avec des élèves de collèges dont le Lézard (2003), la mascotte de toutes les manifestations, un multi-vélo à six selles. Ainsi, restore-t-il bénévolement pour la cour de l’école locale une horloge offerte à sa commune en 1865.

Très peu de sculptures de Robert Tisserand ont été vendues, puisqu’il les garde toutes pour des expositions ou des spectacles. Certaines ont été réalisées sur commande comme celles qui décorent l’auberge d’Artagnan dans le 20ème à Paris.
  
© Copyright 2010, tisserand-mzyk.org. All rights reserved Accueil | Historique | Contact | Sculptures | Articles | Liens |